Déracinée – Naomi Novik

déracinéeDéracinée

Naomi Novik

Traduction : Benjamin Kuntzer

Edition : J’ai Lu

Genre : Fantasy

Pages : 512.

 

mitigé

 

Quatrième de couverture :

Patiente et intrépide, Agnieszka parvient toujours à glaner dans la forêt les baies les plus recherchées, mais chacun à Dvernik sait qu’il est impossible de rivaliser avec Kasia. Intelligente et pleine de grâce, son amie brille d’un éclat sans pareil. Malheureusement, la perfection peut servir de monnaie d’échange dans cette vallée menacée par la corruption. Car si les villageois demeurent dans la région, c’est uniquement grâce aux pouvoirs du « Dragon ». Jour après jour, ce sorcier protège la vallée des assauts du Bois, lieu sombre où rôdent créatures maléfiques et forces malfaisantes. En échange, tous les dix ans, le magicien choisit une jeune femme de dix-sept ans qui l’accompagne dans sa tour pour le servir. L’heure de la sélection approche et tout le monde s’est préparé au départ de la perle rare. Pourtant, quand le Dragon leur rend visite, rien ne se passe comme prévu…

 

Avis :

Voilà un roman qui me tentait énormément depuis sa sortie. Je trouve toutes les éditions sublimes, mais j’avais très envie de me prendre le poche, plus pratique pour lire un peu partout.

Je n’avais que d’excellents échos, jusqu’à la libraire qui m’a vendu ce bouquin. Je me suis donc lancée avec entrain dans ma lecture. J’avoue que le début m’a envoûtée, et pendant une grande partie du roman, j’étais à fond.

Très vite, on est plongés dans cette ambiance particulière, à la manière de vieux contes. Comme d’habitude moi, on me met face à un conte, ou quelque chose qui s’en approche, je fonds comme un petit glaçon.

J’ai adoré l’univers, mais surtout le rythme : on avance vite. C’est un peu l’avantage des one-shot. Surtout pour du fantasy. Pour moi, il n’y a rien de pire que de commencer une saga fantasy de 8 000 tomes, parce qu’on est sûrs d’avoir des longueurs. Ici, c’est riche en rebondissements, avec un bon dosage entre actions et réflexions.

L’auteure nous emmène dans une intrigue assez originale, j’avoue que je ne m’attendais pas du tout à cela. Mais plus on se rapprochait de la fin, et moins j’accrochais. Comme je ne voyais pas où l’on allait, je déchantais petit à petit.

Au dernier quart j’avoue que ça ne me plaisait plus tellement. J’ai trouvé que ça partait un peu loin, mais surtout que c’était flou et brouillon. Je n’ai pas tout bien compris des dénouements de fin, et je suis assez déçue de la tournure qu’elle a prise.

Il y a assez peu de dialogue mais ça reste fluide et agréable à lire. On défile les chapitres pour connaître la fin.

En revanche, au delà de l’écriture il y a quelque chose qui m’a gênée. On est dans un univers fantasy mais qui ressemble à quelque chose de médiéval. Etait-on obligé d’avoir un modèle patriarcal hyper marqué ? Au début un personnage fait une tentative de viol puis c’est vite oublié et pardonné, faisons comme si rien ne s’était passé, et partons du principe qu’elle l’avait bien cherché… Mouais alors là je suis très moyennement convaincue… Il y a beaucoup d’exemples de ce type dans le roman, et qui n’amènent pas grand chose au final.

En bref, je partais à fond avec ce livre, je le sentais vraiment bien malgré les quelques défauts. Puis cette belle dynamique s’est envolée et tout s’est effondré à la fin.

• • •

Quand ça commence au top et que ça fini en flop

3 commentaires sur « Déracinée – Naomi Novik »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s